24Avr2014
Auteur
adedit2
Catégorie(s)
Notre actualité

Séminaire « La fabrique des catastrophes « naturelles »

Séminaire « La fabrique des catastrophes « naturelles » 

mardi 29 avril 2014 de 12h30 à 14h30 à Paris

Le laboratoire LIENSs (Littoral Environnement et Sociétés) de l’université de La Rochelle et l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales) organisent un séminaire intitulé « La fabrique des catastrophes « naturelles »  » le mardi 29 avril 2014 de 12h30 à 14h30 à Paris.

Vous trouverez les informations ci-dessous:

Séminaire Développement durable et économie de l’environnement
Penser que les catastrophes naturelles sont principalement la conséquence des colères de notre planète et que nous n’y pouvons rien est un leurre. Que nous apprennent les catastrophes récentes ? Et comment éviter celles de demain, dans un contexte de changement climatique qui agira sur l’intensité et la fréquence de nombreux événements extrêmes ? L’enjeu est de taille et les choix à opérer engagent la société tout entière, et pas seulement les acteurs politiques. Défendant l’idée fondamentale selon laquelle les modes d’occupation de l’espace par les sociétés ont une grande part de responsabilité dans les catastrophes « naturelles », Virginie Duvat et Alexandre Magnan présenteront dans cette session les conclusions de leur dernier ouvrage, Des catastrophes… « naturelles » ? (Paru le 12 mars 2014 aux éditions Le Pommier-Belin).
Virginie Duvat (LIENSs)*, Alexandre Magnan (Iddri)**
La fabrique des catastrophes « naturelles »
Discutant : Freddy Vinet (université Montpellier III)***
Mardi 29 avril 2014, de 12h30 à 14h30
À Reid Hall – 4, rue de Chevreuse – 75006 Paris
(M° Vavin)
S’il va de soi qu’il n’y a pas de catastrophe naturelle sans aléa naturel (tempête, tsunami ou sécheresse, par exemple), il est tout aussi vrai que nos sociétés contribuent à la fabrique des catastrophes « naturelles » par de multiples facteurs : urbanisation de zones très exposées aux aléas, modification des processus naturels par les aménagements (barrages, digues, etc.), perte du lien à l’environnement au profit d’une culture ingénierique et technologique, etc. Ainsi, si le nombre et les impacts des catastrophes naturelles ont régulièrement augmenté depuis le début du XXe siècle, c’est d’abord parce que les sociétés contemporaines sont davantage productrices de risques que celles qui les ont précédées. Un tel constat interroge sérieusement notre capacité à faire face au changement climatique, à l’heure où ses effets s’intensifient : hausse des températures océaniques et atmosphériques, élévation du niveau de la mer, etc.
Les auteurs prendront ainsi appui sur des catastrophes « naturelles » récentes qui se sont produites dans différentes parties du monde afin de mettre en lumière ce qu’elles nous apprennent des logiques de développement et d’aménagement, et de la capacité des sociétés contemporaines à faire face au risque. Un débat s’ensuivra avec la salle autour des enseignements à tirer du passé proche et du présent pour mieux penser le futur.
* Virginie Duvat est professeure de géographie (université de La Rochelle, laboratoire LIENSs « Littoral, Environnement, Sociétés ») et a contribué en tant qu’auteure principale au dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – GIEC (chapitre « Small Islands », Working Group II – Impacts, Vulnerability and Adaptation). Elle étudie la formation et l’évolution des îles et des côtes tropicales, leur vulnérabilité face aux risques naturels et les impacts des aménagements. Ses terrains de recherche s’égrainent dans l’océan Indien, la Caraïbe et le Pacifique. Elle a notamment publié Les littoraux coralliens des petites îles de l’ouest de l’océan Indien (2007, éd. Institut océanographique), L’île de Bird aux Seychelles, un exemple de développement durable ? (2004, éd. L’Harmattan, en collab. avec A. Magnan) et Ces îles qui pourraient disparaître (2012, éd. Le Pommier, en collab. avec A. Magnan).
** Alexandre Magnan est chercheur (Iddri, Sciences Po, Paris). Spécialiste des questions de vulnérabilité et d’adaptation au changement climatique, il travaille également sur les littoraux et les îles de l’océan Indien, de la Caraïbe et du Pacifique. Il est l’auteur de Anticiper pour s’adapter (2010, éd. Pearson, en collab. avec L. Tubiana et F. Gemenne) et de Changement climatique : tous vulnérables ? (2013, éd. Presses de la Rue d’Ulm).
*** Freddy Vinet est professeur et directeur du département de géographie-aménagement de l’université Montpellier III. Depuis quinze ans, il travaille sur l’évaluation et la gestion des risques naturels. Il a participé à de nombreuses missions de retour d’expériences sur les crues torrentielles du sud de la France (Aude, 1999 ; Gard, 2002) et sur la reconstruction post-catastrophe après les crues torrentielles dans le Sud méditerranée en 2003, le tsunami d’Asie du Sud-Est en 2004 et la submersion marine provoquée par la tempête Xynthia en 2010. Il a notamment publié Le risque inondation. Diagnostic et gestion (2010, éd. Lavoisier). Ses thèmes actuels de recherche portent sur la vulnérabilité des populations face aux menaces naturelles et l’évaluation des mesures de prévention.
Merci de bien vouloir noter que les conférences de l’Iddri sont filmées puis mises en ligne sur les sites Internet de l’Iddri et de TerreTV.
Partager le contenu
  • Abonnement Flux XML
  • Tweeter
  • Facebook