29Avr2013
Auteur
adedit2
Catégorie(s)
Usages

Compte-rendu AG et CA_Union Nationale des Associations de Navigateurs de Charente-Maritime

UNAN-CM                                        22 avril 2013

Compte-rendu de l’Assemblée Générale et du Conseil d’Administration du 11 avril 2013 à Rochefort

Jean Piveteau ouvre la séance en remerciant l’assistance pour sa fidèle participation.

Il présente les nouveaux arrivants : Martine Bailleul  qui succède à Jean-Louis Poisson à la présidence de l’APPR, Najib Duédary qui a succédé récemment à Antoine Lortat Jacob au CNLF.

Il signale que Gérard BENOIT CHOIGNARD  succède à Jean-Louis Guillory APPM, Alain Rossignol reprend par intérim la présidence de l’APUMG Mortagne sur Gironde et est représenté par Gilles Ronchin ;

Il présente Jean-Pierre Heraud, Secrétaire du Cercle Nautique du Coureau d’Oléron, CNCO, Saint-Trojan, qui comprend 200 adhérents à l’année et 600 en été. Le CNCO gère  3 mouillages organisés qui passent cette année en gestion dynamique et rencontre des difficultés pour le renouvellement de ces AOT. Son président, Jean-François Richard, a l’intention d’adhérer à l’UNAN-CM.

Il remercie Philippe Boyer de l’organisation de notre séjour à Rochefort.

Un tour de tables des participants est ensuite effectué.

Approbation du procès verbal de l’AG du 11 avril 2012 à l’unanimité.

Rapport d’activités et rapport moral par Jean Piveteau

La parole est donnée à Alain Garcia président du 11 avril2012 au 18 décembre 2012.

Alain Garcia rappelle qu’ayant été élu président de l’UNAN nationale début décembre, il a souhaité quitter la présidence de l’UNAN-CM pour mieux se consacrer à cette nouvelle tâche, tout en demeurant président de l’APLR afin de conserver un mandat local et demeurer proche du terrain

Il résume son action sur le SRDAM et sur la Maleconche et laisse le soin à Jean Piveteau d’effectuer le rapport d’activités et le rapport moral.

1-Fonctionnement

Quatre Conseils d’Administration ont été organisés

  • Le 5 juillet au Douhet
  • Le 20 septembre au Grand Pavois
  • Le 18decembre à La Rochelle
  • Le 15 février 2013 à La Rochelle

2-Les dossiers de l’année, deux grands dossiers

    Le projet de champ de filière de la Maleconche, avec l’arrété préfectoral pris le 2décembre 2011

    Participation à la création d’APLIMAP, Association pour la Préservation du Littoral de la Maleconche et des Pertuis charentais qui compte à présent 1000 Adhérents et est très active.

Réalisation du tract Maleconche et tirage en 20000 exemplaires pour diffusion auprès des élus, des plaisanciers et des habitants riverains.

    Participation à de nombreuses réunion à la Mairie de Saint Georges d’Oléron avec les requérants

Recours juridique mené en commun auprès du Tribunal administratif par APLIMAP, SPPIO, les trois Communes, UNAN-CM et en individuel par la présidente d’APLIMAP, l’association créée après l’arrêté ne pouvant ester en justice contre l’arrêté, loi récemment prise.

Manifestation à La Rochelle le 21 septembre organisée par APLM 17, APLIMAP et l’UNAN-CM.  Elle a consisté en un rassemblement au Conseil général, réception d’une délégation par le CG , défilé jusqu’à la Préfecture et une réception d’une délégation. Cette manifestation, une première de la part des plaisanciers,  a bénéficié d’une bonne couverture médiatique.

Référé pour arrêt des travaux ordonnance prise le 23 octobre2012  par manque d’étude d’impact environnemental.

Action d’intimidation des ostréiculteurs le  9 novembre 2012 sur les communes de Saint Denis d’Oléron et de La Brée en déversant des tonnes de coquilles d’huîtres devant les entrées de mairie et de Capitainerie. Le Maire de Saint George a courageusement fait front, de même que Colette Talmon.

En attente du jugement sur le fond.

    Le SRDAM Schéma Régional de Développement de l’Aquaculture Marine

Rappel : la Commission européenne préconise d’adopter une politique volontariste de planification spatiale des activités de cultures marines pour tenir compte de l’importance stratégique de l’aquaculture.

La loi de 27 juillet 2010 signée par François Fillon et Bruno Lemaire a institué la réalisation de SRDAM pour favoriser le développement de l’aquaculture en harmonie avec les autres usages de la mer.

Le décret de juillet 2011 a fixé les modalités en demandant une concertation de tous les usagers de la mer et en indiquant les voies d’accès aux sites ainsi que les surfaces terrestres nécessaires à leur exploitation.

Consultation du public et des organismes par voie électronique sur le site de la DIRM, on ne peut plus discrète. Arcachon, qui n’était pas au courant, n’a pas réagi. Grâce à notre vigilance et à notre  action, une bonne mobilisation a été obtenue mais il n’en a pas été beaucoup tenu compte.

« Une autre activité peut être autorisée sur la SRDAM à condition que le demandeur démontre de façon préalable la compatibilité du projet avec le développement durable de l’aquaculture marine »

Nécessité de confier aux Aquaculteurs les espaces nécessaires et de prévenir les conflits d’usage et d’objectifs en développant une approche de planification stratégique.

Face à ce SRDAM avalisé par le Préfet de Région par arrêté pris le 26 décembre 2012, jour de la clôture de la consultation publique, nous avons donc entamé un recours gracieux  déposé par notre avocat Maître Mitard.

Le coût de 1500 euros a été financé à part égale par les deux requérants APLIMAP et UNAN-CM.

  1. Un seul grief sur le fond à opposer : il manque les voies d’accès comme le demande le décret de juillet 2011 instituant ces SRDAM. Or on est fondé à agir contre le SRDAM car les zones sont à fortes potentialités de circulation maritime.

  2. Il y a une carence par rapport au décret : il doit y avoir un bénéfice socio-économique qui n’apparaît pas justifié. Quelles sont les informations dont les protagonistes disposent ? Il n’y a pas d’éléments justifiant la surface réclamée.

  3. Il doit y avoir une concertation avec tous les usagers.

L’UNAN-CM s’étant rapprochée de la FIN et de l’APPA, une demande d’audience a été effectuée courant mars auprès du Préfet de Région.

Ensuite, si nécessaire, un recours serait à  mener auprès du Tribunal Administratif de Poitiers

Il faut remarquer que le SRDAM a parfaitement tenu compte des besoins de la Marine marchande en matière de chenal d’accès au port de la Pallice et à celui de Rochefort et en matière de mouillage.

Par contre, il n’a pas été tenu compte de nos besoins qui sont illustrés notamment par la carte des flux de navigation.        .

Jean Piveteau pense qu’il faudrait énoncer nos besoins et se mettre d’accord :

  1.  Pas d’installation à moins de deux milles du littoral, zone de la voile légère et de la navigation côtière  et zone où les risques d’envasement du littoral sont importants.
  2.  Tenir compte des flux de navigation  et des sorties de ports
  3.  Tenir  compte du besoin des régates avec les cercles olympiques
  4.  Ne pas miter le plan d’eau.

Les partenaires s’apercevront alors qu’il ne reste plus  pour l’aquaculture que deux ou trois zones acceptables, sauf à sacrifier le tourisme et le nautisme, les deux mamelles de la Charente maritime.

    Présentation d’un tract destiné à sensibiliser les décideurs et la population et d’un poster sur la carte des flux de navigation à afficher dans les capitaineries et à utiliser dans les actions d’information.

Le tract,10.000exemplaires, sera disponible dans une dizaine de jours. Réalisé par Bernard Delamarre, il représente tous les territoires préemptés par  le CRC, les champs de filières existants et à venir.

Le PNM est au point mort par manque de financement

Le renouvellement des AOT pour les mouillages organisés pose à présent un problème. La DREAL exige des études coûteuses, préoccupantes et injustifiées. Ce nouveau dossier nous occupera en 2013.

3-Participation à 4 organismes

Commissions Nautiques Locales : 6 ont été organisées par la DDTM

20 juin 2012

Balisage des concessions de cultures marines de Charente Maritime

Balisage des filières de la Maleconche

25 06 2012

Renouv AOT St Palais Royan

4 10 2012

Création mouillage anse Notre Dame ste Marie de ré

11janvier2013

Renouvellement AOT Soubregeon, 15 anneaux

Renouv AOT Manson 175, Petite Plage 52, Préventorium62 St.Trojan

22 mars 2013

Pondoirs à seiches expérimentaux plage de Domino St Georges d’Oléron

Le CREA viendra relever les œufs déposés par les seiches.

    Conseil Maritime de Façade à la DIRM  à Bordeaux où Philippe Grand est membre de la commission permanente

Le PAMM Plan d’Action en Milieu Marin est en cours d’élaboration avec à la clef beaucoup de réunions.

Les Assises nationales de la mer s’élaborent sur 10 thèmes pour le compte du nouveau Conseil de la mer et du Littoral dont le président est Maxim Bono. Ces assises seraient tenues à Boulogne sur mer.

    Comité de pilotage de mise en place de récifs artificiels près de Rochebonne, réunion aux Sables d’Olonne. Suivi assuré jusque là par André Dechène . Jacky Meriaud accepte de nous y représenter.

    Comité départemental  de la pêche de loisir créé fin 2011 où nous avions été « oubliés » alors que l’UNAN est un des 5 signataires de la charte et que nous sommes représentatifs de la pêche embarquée dans notre région. Plusieurs démarches, courriers auprès de la DDTM n’avaient pas abouti.

    Lors de l’entrevue de Philippe Grand et Jean Piveteau du 11 février à Bordeaux avec le DIRM

pour le SRDAM, nous avions soulevé cette anomalie.  Est-ce une suite, mais finalement la DDTM nous a écrit pour nous inclure officiellement dans ce comité ;

Par courrier, nous avons indiqué comme membre titulaire nous représentant Jacky Mériaud  et comme membre suppléant Pierre le Clerc qui font partie de notre groupe de travail pêche, sachant que tous les deux pourront siéger. Pour étoffer ce groupe animé par Jacky Mériaud, Patrick Lucas et Jean Claude Guillien les rejoignent. Il conviendra de faire remonter les informations à Louis Herry au niveau national.

4-Participation au fonctionnement de l’UNAN.

Jean Piveteau rappelle que dans la cotisation UNAN-CM, de deux euros par adhérent, un euro est versé à l’UNAN. Aussi est-il bon de faire un compte rendu  sur les activités de l’UNAN. Le président de l’UNAN étant parmi nous, la tâche n’en sera que plus facile…

Il rappelle que début 2012, deux d’entre nous faisaient partie du Bureau de l’UNAN :

Philippe Grand en tant que 1er vice Président et Jean Piveteau entant que Secrétaire Général Adjoint.

Lors du CA de l’UNAN qui s’est tenu le 20 septembre à La Rochelle au Grand Pavois le Président de l’UNAN et le Secrétaire général ont démissionné avec en perspective l’implosion de l’UNAN…

Ils se sont retrouvés en première ligne et ont dû reprendre vigoureusement en main l‘UNAN,  traiter les affaires courantes et organiser l’AG à Paris à l’occasion du Nautic, le 10 décembre 2012

Nous avons pu  élire au CA, Alain Garcia Président et Jean-claude Faveris de la Trinité-sur-Mer, Secrétaire Général. Rapidement,  en quelques semaines, l’équipe s’est imposée.

Donc à présent 3 membres de l’UNAN-CM sont au Bureau de l’UNAN.

Beaucoup de décisions sont prises au niveau national sur la sécurité, à la pêche, à la fiscalité et à l’environnement.

Le Grenelle de la mer qui s’est tenu en 2009 et auquel les plaisanciers n’ont pas été invités à eu de lourdes conséquences sur la pêche de loisir et l’environnement avec cinq ONG  invitées à siéger au CSNP !

Jean Piveteau passe la parole à Alain Garcia.

La pêche de loisir : les ONG et l’Administration voulaient instaurer un permis pêche qui financerait des gardes jurés encadrés par les ONG. Le tollé des 5 fédérations qui se sont regroupées et ont proposé une charte et peut être les réticences de l’Administration qui se voyait retirer un pouvoir régalien ont permis d’écarter momentanément cette menace. La charte pour une pêche éco responsable était signée par les 5 fédérations en avril 2010.

Le 17 mai 2011 arrêté imposant le marquage des captures pour lutter conte la pêche illégale

Le 26 octobre 2012 arrêté sur les tailles minimales. Pour le bar emblématique, on passait de 36 cm à 42 cm, mais en final l’arrêté changeait de mode de mesure et on se retrouvait dans les faits à 47 cm !

L’UNAN réagissait aussitôt et entraînait les autres Fédérations à le faire. L’arrêté était retoqué !

Parallèlement, il était décidé de mettre en place une déclaration préalable annuelle de pêche  de loisir et un carnet de prélèvement dont nous ne voulions pas. Fort heureusement, le site de cette déclaration préalable marchait très mal.

Mais lors de la réunion annuelle du Comité national du suivi de la charte le 1er février, les ONG, appuyées par l’Administration ont voulu instituer  le permis pêche en s’appuyant sur l’exemple du permis pêche en eau rivière qui est tout autre chose car le permis finance l’alevinage et l’entretien des berges. L’UNAN a réagit fermement et un répit de deux ans pour observer les effets des mesures prises a été obtenu!

Jean Piveteau indique qu’il ne faut pas se leurrer. Dans deux ans  le permis pêche refera surface et nous sera imposé si  nous sommes incapables de nous mobiliser! Il va falloir que les plaisanciers se mobilisent et pas seulement les pêcheurs embarqués…il va falloir montrer notre force, Car derrière arrivera aussi les problèmes environnementaux !

Deuxième volet du Grenelle de la mer l’environnement

Avec les antifouling : de nouvelles normes sortiraient au niveau européen

Les eaux noires préoccupent beaucoup les ONG

Obligation de mesurer la qualité des eaux de mouillage comme pour les plages au motif que nous pouvons nous y baigner.

Le dragage de certains ports :  Jean Piveteau précise qu’une interdiction du clapage des boues de dragage conduirait à passer d’un coût de 10 euros le m3 à 100 euros pour la mise en décharge comme cela s‘est fait au port de la Forêt de Fouesnant. A titre indicatif, pour le port des Minimes où il est retiré 90 000m3 de vase par an, le coût ferait plus que doubler la taxe d’amarrage…

Philippe Grand nous représente, en tant que 1er Vice président de l’UNAN dans la Commission environnement du CSNP et a fort à faire.

Jean Piveteau conclut ainsi son rapport moral :

Nous sommes bien présents sur le terrain grâce à tous. Il faut nous mobiliser pour augmenter le nombre des associations adhérentes à l’UNAN et donc renforcer notre communication.

Nous sommes amenés à faire des recours juridiques, mais il faut se préparer à organiser des manifestations pour des problèmes cruciaux comme l’instauration d’un permis pêche ou l’interdiction de claper les boues en mer…et qui proviennent de la mer.

Le rapport d’activités et le rapport moral sont adoptés à l’unanimité

Rapport financier par Jean Piveteau

Notre trésorier André Perrin a eu un contre temps familial et demande d’excuser son absence. Il a remis son rapport à Jean Piveteau qui propose à l’Assemblée, comme vérificateur au compte,

le trésorier de l’APLR François Douchet, proposition adoptée à l’unanimité

Bilan 2012 :

Solde de départ

recettes

dépenses

résultat

solde

5010,38 euros

7119,73

9524,79

-2404,79

2605,59

Dépenses par postes

Mission réception : 534 dont 381 euros d’entrées au Grand Pavois

Cotisation UNAN : 2018 euros

Avocats 4118,50+402,60 tracts Maleconche+tracts manifestation du 20septembre 37,82 : 4521 euros. Déplacements 1693,50 euros- Frais de secrétariat : 488,46 – Affranchissement : 60euros

Recettes 2012 : Une augmentation des recettes passe par l’augmentation du nombre des adhérents des associations. Pour beaucoup de présidents un tassement des adhésions est à craindre avec la crise et l’avancée en âge des plaisanciers actuels. Un effort de recrutement d’associations est à engager ;

Un tract succinct résumant les actions de l’UNAN et de l’UNAN-CM  est à élaborer ;

Les Vice présidents de l’UNAN-CM pourraient s’en charger par site nautique : La Rochelle, ile de Ré, ile d’Oléron, Estuaire de la Gironde afin de faire adhérer, notamment les mouillages organisés, Les démarches sont en cours pour la SRR, le CNCO, Les Amis du Musée Maritime de La Rochelle.

Prévoir une reconduction en 2014 du 1 euro par adhérent  pour les actions juridiques en cours.

Le rapport du Vérificateur aux comptes est lu et joint.

Le rapport financier est adopté à l’unanimité

Election au Conseil d’Administration de délégués élus.

Les présidents des associations adhérentes à l’UNAN-CM sont membres de droit au CA.

Les Présidents sont au 11 avril 2013 : Martine Bailleul, Bernard Barbier, Jean-Paul Dubillot, Najib Duédari, Fréderic Faure, Alain Garcia, Gérard Benoit Choignard, Pierre Le Clerc, Jean-Claude Guillien, Patrick Lucas, Guy Mallet, Jacky Mériaud, Jean-Claude Perin, Alain Rossignol, Jean-Yves Selo, Jean-Marie Thomas, Jean-Michel Victor.

Ensuite, il est prévu dans les statuts que quelques délégués disponibles et volontaires pour assurer des fonctions et activités puissent être élus comme membre du CA.

Les  candidats sont : Bernard Delamarre, Jacques Mayer, Roland Amauger,  Colette Talmon, André Perrin, Philippe Grand et Jean Piveteau .

Ces 7 candidats sont élus à l’unanimité et sont donc membre du Conseil d’Administration.

Délibération pour un recours en annulation de l’arrêté préfectoral du 26 décembre 2012 avalisant le SRDAM

A l’unanimité des présents et des représentés à l’Assemblée Générale du 11 avril 2013, il est décidé que dans le cas d’un échec du recours gracieux mené auprès du Préfet de Région, un recours en annulation de l’arrété préfectoral serait à mener. Mandat en est donné au Président

Réunion du Conseil d’Administration. Election des membres du Bureau

Colette Talmon, doyenne, accepte d’assurer la conduite de cette élection.

Candidat au poste de

  • Président : Jean Piveteau
  • 1er Vice Président : Alain Garcia
  • Vice présidente secrétaire générale : Colette Talmon
  • Vice président : Guy Mallet
  • Vice président : Jean-claude Guillien
  • Trésorier : André Perrin
  • Secrétaire général adjoint : Bernard Delamarre

Le nouveau bureau est  approuvé à l’unanimité.

Après une courte pause, les débats sont repris. Jean Piveteau donne la parole à Alain GARCIA, président de l’UNAN, qui indique l’état de l’UNAN : 16.000 adhérents, 130 associations émanant de presque tous les départements. Nous sommes représentés au CSNP, administrateur de la SNSM, membre du Conseil supérieur de la météo (section marine). Nos avis sont pris en compte.

A la suite du Grenelle de l’Environnement, nous avons senti le boulet d’un permis de pêche. Nous avons alors proposé une charte de la pêche de loisir éco-responsable.

Nous avons insisté sur la lutte contre le braconnage, le repos biologique, les tailles de 38 à 42 cm pour le bar et le marquage des poissons. En revanche, nous avons refusé les quotas, mais avons été favorables à une déclaration préalable de pêche et à la tenue d’un carnet de prélèvements.

En janvier, il y a eu un bilan de cette charte. On sentait venir le permis, comme pour la chasse ou la pêche en rivière. La charte, telle qu’elle est, sera prorogée de deux ans. Nous avons demandé que les pêcheurs professionnels soient également astreints au respect du repos biologique, alors qu’ils étaient en train de pêcher sur les frayères !

Nous avons actuellement un autre problème, à savoir, le conflit avec les gestionnaires de ports. Ils jouent sur le manque de place. Sur la Côte d’Azur, les demandeurs  sont soumis à un nouveau contrat : ils doivent naviguer un certain nombre de jours, et si un bateau reste 13 mois sans bouger, il peut être expulsé ! Nous avons affirmé que les bateaux doivent tous être taxés de la même façon, en fonction de leur taille. Certains avaient institué une sorte de malus si les plaisanciers ne sortaient pas.

Il y a également des problèmes de transparence : Avant toute décision de vote budgétaire, il faut que le Conseil Portuaire soit réuni, bien qu’il n’ait qu’un avis consultatif. Nous avons demandé qu’il y ait au moins un membre de la plaisance dans les Conseils d’administration.

S’ensuit plusieurs questions : Y-a-t-il des sociétés privées s’intéressant aux ports ? Des appels d’offre pour la privatisation d’un port ? Quelle est la taille des bateaux à prendre en compte dans la fixation des redevances d’amarrage ? Doit-on tenir compte des éléments démontables ?

Puis Alain GARCIA revient sur le problème de la propriété. Des petits malins font une copropriété trois mois avant de vendre leur bateau. Ceci est malhonnête vis-à-vis de ceux qui attendent depuis des années. L’attribution d’une place se fait à la personne, sauf pour les professionnels. A La Rochelle, on accepte la co-propriété. L’ancienneté de la co-propriété ne doit pas être inférieure à la durée d’attente dans la catégorie. En cas de décès, la place est conservée le reste de l’année plus une année supplémentaire pour pouvoir régler le devenir du bateau. Si l’héritier veut naviguer, il part à zéro dans la liste d’attente.

Concernant les fusées, rien de nouveau. A La Rochelle, nous avons un accord avec un destructeur de fusées, moyennant un prix raisonnable. Quand vous achetez vos fusées, vous rendez les anciennes.

Concernant le bilan des accidents, la plupart sont des chutes en mer. Nous avons insisté sur le port des harnais. La moitié des interventions sont sur des pannes de moteurs, ou de carburant. La grande partie des secours s’effectue dans un rayon de 3 milles. Pour permettre la navigation côtière, il y a blocage de l’administration, d’où la prolifération des pavillons belges. Nous maintenons notre revendication des 12 milles d’un abri. On ne peut toujours pas faire le tour de l’île de Ré, ni aller à Royan.

Ceci était donc un catalogue des grands chantiers en cours.

Une autre information : la charte de la pêche. Avons-nous des volontaires pour assister aux Assises ? D’Aboville y sera ; Cuveillier est annoncé à l’ouverture ; cela aura lieu le 15 novembre à Saint-Nazaire, avec tables rondes, sur le rapport avec les ports, sur l’environnement et sur la co-propriété.

Ce seront les premières assises nationales de la pêche et de la plaisance en mer, à l’initiative de Kiefer.

Jean Piveteau remercie Alain GARCIA pour son exposé et donne la parole à Philippe GRAND qui fait le point sur le PNM et le CMF.

Le Parc Naturel Marin : Il n’est pas financé mais n’est pas complètement perdu.

Conseil Maritime de façade : L’UNAN a un représentant régional dans chaque CMF qui comprend 80 membres environ, professionnels, usagers, personnalités qualifiées, élus. Nous sommes dans les usagers de la mer, je siège en tant que membre  au comité permanent du CMF Sud Atlantique

Cet organisme a un objectif : faire en sorte qu’en 2020, nous soyons en bon état écologique de la mer. Il s’agit de créer un plan d’action pour le milieu maritime PAMM avec des groupes de travail : pêche, aquaculture, construction et déconstruction navale, protection sociale des gens de mer. Tous les acteurs vont participer à des Assises Nationales de la mer. Le Ministère espère élaborer une stratégie, ce qui est une bonne chose car on commence à prendre en compte les intérêts maritimes. Je me suis inscrit sur l’aquaculture, ainsi que sur la partie environnementale. Si dans le projet présenté, les aspects environnementaux ont été assez largement développés, il n’en est pas de même des aspects socio-économiques. A cet égard, il est bon de rappeler que l’aquaculture est le seul secteur qui exclut actuellement tous les autres acteurs sur zones. Les impacts terrestres (voies d’accès et surfaces d’exploitation) pourtant prévus dans le décret n’ont pas été pris en compte dans le SRDAM. Les trois maires de l’île d’Oléron se sont manifestés. Quant au maire de La Rochelle, très préoccupé par les problèmes de rejet des boues, il a une bonne raison d’être Président du Conseil National de la Mer et du Littoral.

Nous avons affaire à un lobbying très puissant. Notre seule chance est de faire un contre lobbying avec Professionnels et Elus. Il n’y a aucune illusion à se faire, nous avons déjà les filières de la Baie d’Yves, le projet de  La Maleconche, et  le SRDAM approuvé par les autorités préfectorales.

Lors du CMF du 27 mars, Philippe Grand a insisté sur le fait que le schéma de développement  approuvé par arrête préfectoral, devrait impérativement être complété des études exigées par le décret du 26 juillet 2011. C’est le sens de la démarche commune d’une demande d’audience entreprise auprès du Préfet de Région par les Ports de l’Atlantique, la FIN et nous mêmes.

A 13h.25, Jean Piveteau remercie l’assistance et lève la séance.

        La Secrétaire Générale                     Le Président

             Colette Talmon                        Jean Piveteau

Partager le contenu
  • Abonnement Flux XML
  • Tweeter
  • Facebook